La L'explosion Des Arnaques Au Prêt Rapide

La L'explosion Des Arnaques Au Prêt Rapide

Avec l'apparition des plateformes de crowdfunding en France, un nouveau schéma d'escroquerie s'est développé sur le web par le biais des réseaux sociaux et sur les mails : de prétendus crédits en ligne délivrés de façon rapide, sans apport demandé, avec 0 garanties et par des gens se présentant comme des particuliers investisseurs. Nous parlons évidemment d'une tromperie, mais le déluge d'annonces sur ces sites permet d'imaginer la gravité du phénomène. Par conséquent, un grand nombre d'internautes ont été floués à cause cette escroquerie.

La méthode de l'entonnoir

Susciter l'intérêt de la cible avec une proposition de prêt alléchante

L’escroquerie au crédit rapide prend toujours la forme d'un synopsis plus ou moins crédible. Pour l'escroc, cette étape est essentielle parce qu'il sent que la réussite de sa tromperie est en grande partie due à la crédibilité de son histoire. S'il veut faire venir la plus grande quantité de personnes possibles, il fait écrire et publie une annonce sur des plateformes ayant beaucoup de fréquentation tels que les forums ou les réseaux sociaux. Certains posts très populaires ne contrôlent pas les pages de commentaires visibles par tous les visiteurs, ce qui devient alors un endroit privilégié des arnaqueurs.

Concrètement, l'arnaqueur se présente en tant que personne disposant d'un capital qu'elle espère faire fructifier par l'octroi de prêts avec un taux très concurrentiel. Par moments, il dit être un retraité rentier désirant s'affranchir de la Banque et donner ainsi l'image d'une personne noble et aspirant à d'améliorer la société. Ce procédé a un seul objectif : profiter de la détresse financière des gens fragiles en tentant de leur expliquer qu'un crédit est encore possible, même sans conditions de ressources. Il prétend pouvoir leur accorder un crédit, même s'ils sont déjà endettés. Une fois la demande validée, notre escroc promet le virement de l'argent en quelques jours avec des mensualités pouvant monter jusqu'à plusieurs dizaines d'années.
S'il peut paraître clair pour la plupart des individus que des annonces de ce genre sont improbables, il n'en reste pas moins que des personnes se trouvant au pied du mur financièrement peuvent se faire avoir à cause de cette promesse de crédit rapide qui les attire.

Envoyer des signes de crédibilité et de confiance

Sur le web, tout le monde peut usurper une identité avec un tant soit peu de créativité. C'est de cette manière qu'opèrent les arnaqueurs au crédit qui créent de toute pièce un faux personnage qui collera au mieux avec leur histoire. Dans un premier temps, ils s'efforcent à donner un nom et prénom qui sonne français à ce faux profil. Exit donc les prénoms étrangers qui pourraient faire fuir les plus sceptiques. Il faut que la victime ait le sentiment que l'investisseur se trouve tout près. Dans un script bien pensé, notre escroc peut prendre l'identité d'une personne avec un âge avancé ou fraîchement retraitée. Les arnaques au faux crédit ŕ la consommation plus perfides vont jusqu'à exiger des documents justificatifs de paie à la future victime, d'autres préfèrent lui demander de donner des réponses à un questionnaire sur son emploi. Pour hausser encore plus sa crédibilité, notre faux prêteur n'hésitera pas à concevoir de multiples profils qu'il contrôlera pour publier de fausses recommandations qui viendront faire l'éloge de l'offre.

Approuver toutes les sollicitations

Une fois que la cible est convaincue du sérieux de son interlocuteur, l'escroc peut enfin passer à l'étape suivante. Il explique qu'il valide sa demande de d'emprunt, mais requiert en retour le versement de frais de dossier par mandat avant de boucler définitivement la demande. Ces frais peuvent monter jusqu'à quelques centaines d'euros et viennent compenser la durée passée par l'investisseur à analyser la demande. Ces frais de dossier sont, d'après lui, indispensables pour débloquer le crédit. Si la victime paye, notre escroc lui ordonnera ensuite de verser une cotisation obligatoire d'assurance emprunteur. Bien évidemment, le demandeur ne verra pas son prêt arriver et notre escroc retirera les mandats avant de s'évaporer dans la nature.


Comment prévenir ces pratiques ?

En France, tout le monde n'est pas accrédité à proposer un prêt et le crédit aux particuliers reste une activité sous surveillance. Si un particulier ou une société fait la promotion de services bancaires par Internet, le site doit impérativement afficher ses informations légales et ses conditions générales. Pour être reconnu en tant que d'établissement de prêt, un organisme doit posséder un agrément de l'ACPR ainsi que d'une inscription à l'ORIAS. Tout site de crédit entre particuliers doit impérativement afficher ces agréments, dans le cas contraire, il s'agit sans doute d'une escroquerie.

De plus, il ne faut pas ignorer que les délais pour obtenir un crédit ne sont pas aussi rapides et qu'il faut compter à peu près une quinzaine de jours avant l'obtention des fonds sur son compte bancaire. Et même si un individu était en possession de fonds à placer de cette façon, il ferait une profonde et longue analyse de tous les dossiers avant de choisir les plus solides.
Pour finir, un établissement financier n'accorderait pas un quelconque crédit (personnel, renouvelable ou immobilier) à un demandeur fiché à la Banque de France concernant des incidents de paiement.